في التعقيب على

Je t’aimerai à tous les temps

ميسون بو طيش من الجزائر

 

أحِبُّكَ في عُيُونِ الليلِ

السَّحيقْ

وأغيبُ في صَمْتِ

الدُّجى

وهطولِ زخّاتِ

المطرْ

***

حينَ تَضْمَحِلُّ

الأمنياتْ

تغورُ النّفسُ

في عَصْفِ الرِّياحْ

وفي فَوْضَى الضّجَرْ

***

فأشْدوكَ  أغْنِيَةً

تَتَوَهّجُ في نسيجِ

الشّمْسْ

ويَخْفُقْ، صَداها

في هَمْسِ السَّحَرْ

***

في ركنيَ المَهْجورْ

وقَنْديليَ  المَكْسورْ

تَجِفُّ وَتَذْوي

بَسْمَاتُ ثَغْري

ويَغيبُ عن

سَمْعي

وَبَصْري

وَقْعُ خُطاكْ

وحفيفُ أوْراقِ

الشّجرْ

***

قدومُكَ فجرٌ

يَطلعُ من جديدْ

ويتوارى من قلبي

الظلامْ

وفي عُمْقِ عينيكَ

يَسْطعُ  نورُ المَسيح

ويختفي.. حِقْدُ البَشَرْ

 

Je t’aimerai à tous les temps

بوطيش المايسة

الجزائر

      

Je me contente de t’aimer

Dans le silence des saisons qui passent,

Dans les larmes de la pluie

Où mes larmes ? se cachent,

Dans le brouhaha du temps,

Dans le souffle du vent

Et je t’aimerai encore et encore…

 

Je t’aimerai dans yeux de la nuit qui s’approfondit.

Je chanterai ton nom sur les nattes du soleil 

En  mélodie.

Je te chanterai dans le bruissement des branches;

Dans mon boudoir déserté, où ton rire ne résonne plus

Et dans le long et étroit corridor de ma vie

Où l’écho de ton pas ne s’entend plus…

 

Je continuerai à t’aimer encore et encore,

A enlacer ton ombre dans le reflet de ma nuit

Errante qui disparait à l’aurore…

 

Je tromperai le temps qui t’a pris

Et a laissé mon cœur déchiré de toi, épris…

 

Je me contenterai de larguer les amarres,

Courtiser de mes pas l’espoir de te revoir.

 

Je te chanterai dans le chant des oiseaux,

Dans le battement des cœurs qui enfantent

Un soleil, un baiser.

 

Je te chanterai dans le silence

Qui m’étripe, où ton  absence qui en deux, me plie

Je t’aimerai en silence et dans ma colère.

Tu auras beau me blâmer.

A ton absence je n’ai pu m’y faire…

 

Je t’aime et je te chanterai encore et encore