Trouvent elles comme, Me 
Ces femmes qui écrivent 
Qui s’accrochent à leurs plumes 
Le parcours épineux et si dur, dans leurs vies
Se trouvent-elles si faibles, impuissantes
Pour défendre Leur Statut
Et leurs rêves, déplumés et déchus
Avant leur naissance, ils sont vifs, écorchés

Sont elles, comme Me 
Déchirées, à leurs racines arrachées
Pleurent elle, comme Me 
Ou cachent-elles leurs larmes et 
Leurs cris dans leur foi
Qui se noient dans les bras, de l’oreiller ?

Dessinent-elles
Leurs plaintes dans le ventre de l’encrier 
Ressentent-elles la douleur de l’enfantement
Quand accouche la plume, ses odes et ses rimes
Qui sur leurs pages, se soulent et se délivrent 
Et quand le sommeil les fugue et les tiennent éveiller ?

Prient elles comme, Me
En joignant les mains, le jour comme la nuit
Implorant le bon Dieu 
Que leur matin soit joie, qui égaye?

Tremblent-elles de peur quand les épouse, l’angoisse
Au timbre de la voix en colère qui de douleur les habille
En confisquant leurs rêves, authentiques
De l’odeur du blé et de l’argile marinés ?

Brisent elles les tabous, ou 
S’accrochent elles comme Me
À leurs us et coutumes 
Et de leurs chutes se relèvent
Et se tiennent debout


Dites-moi pages vierges
Que j’égorge
Que je viole
Que je blesse de la pointe, de ma plume ?
Aiment – elles comme Me 
Ce cordon qui me lie 
A ma terre, belle brune et mes tuiles ?
Ont-elles peur comme Me, de 
Ces cœurs de pierres, insensibles 
Aux rimes quand elles souffrent et dépriment
Et se sentent orphelines
À leur cri qui se perde dans l’usure et ses fissures 
Et au temps qui embrase leurs ans, les consument?

Rient-elles de bon coeur 
Se roulent telles comme un enfant, à terre 
Ou le rire par le subi à quitter, leurs demeures ?

Regardent elles la beauté comme, Me 
Non pas par les yeux, mais par le cœur, voyageur 
Et écrivent au angage du cœur ?

Aiment-elles comme Me 
Et subissent elles le déni
La faiblesse devant leur statut, 
Luttent elles pour surpasser 
La souffrance et l’endurance
Qui tatouent comme un Maitre leur peau 
En guenilles ?


Maissa Maysoun Boutiche, Alger, Algérie, le 25/12/2018
Tous droits réservés