Épouse de l`empéreur Justinien, Théodora naît en 500 avant J.C. Elle est morte à l`âge de 48 ans probablement d`un cancer mammaire. Son prénom signifie en grec “ don du dieu”( theou-doron). Elle est , avec ses 2 soeurs, la fille d`un belluaire exerçant dans le célèbre hippodrome de Constantinople. Sa mère est danseuse et actrice de théâtre, ce que Théodora le fait pendant un certain temps. Les sources biographiques majeures nous proviennent de Procope de Césarée, secrétaire de Belisaire, chef de l`armée. Il parle d`elle comme étant une femme courageuse lors des moments cruciaux “quand les hommes ne savent plus de quel côté se tourner”. Au début, son écriture est élogieuse mais devient plus tard acerbe et piquante contre”cette ruine publique de l`espèce humaine”. Après la mort soudaine de son père, sa famille se trouve sans ressources. Sa mère  reprend le travail de son défunt mari sous la  responsabilité d`un certain Astérios, chef des Verts à l`hippodrome. Là-bas,sur l`arêne, Théodora apprend le métier. Elle danse, dresse les chevaux et chiens, dompte les ours et apprend à maîtriser son corps et montrer sa volonté inébranlable. Malheureusement, sa mère se fâche avec Astérios qui la chasse et lui interdit l`accès aux spectacles. Prenant conscience de sa situation grave, elle y descend, avec ses filles, et clame les Bleus qui vont la soutenir contre les Verts. Le chef de ces derniers fait leur éloge : ells sont trois comme la Trinité et le blanc qu`elles portent les rend pures. Il accède ainsi à leur requête. La condition de sa mère ,solide dans les moments difficiles, la toucha et la marqua à jamais. Une fois adolescentes, les filles découvrent le monde du théâtre des variètés. Procope ne tarde pas à stigmatiser la jeune Théodora qui”se laisse aller à de répugnant accouplements d`hommes avec certains misérables, esclaves de surcroît, qui, suivant leurs maîtres au théâtre, trouvaient dans cette abomination un soulagement à leur malheur”. L`art à cette époque est blâmé par le public, ce qui explique l`identification entre l`actrice et la prostituée. Quand Théodora intègre une troupe de mime, Procope écrit: “elle était on ne peut plus spirituelle et salace, de sorte qu`elle sut bientôt se mettre en évidence…jamais personne ne la vit se dérober”. Pendant ce temps, Théodora se fait une amie intime en la personne d`Antonina femme de Belisaire. Un certain Hecebolus, maître de la Lybie, la prend pour concubine . Elle l`accompagne en Afrique pendant 4 ans. Plus tard, Hecebolus l`abondonne. Elle est obligée à revenir en Constantinople. D`abord, elle doit être questionnée par un prélat en Alexandrie. L`homme de l`église est satisfait de ses réponses et lui recommande au siège du patriarcat alexandrin.C`est ainsi qu`elle commence à perfectionner ses connaissances eccléciastiques. Elle apprend à lire et écrire et acquiert une bonne culture en philosophie. Théodora se convertit à l`église monophysite.

 

En 522 elle est à Constantinople. Sa rencontre avec Macedonia, danseuse et voyante, est cruciale. Elle lui accorde son soutien total. Par ses relations précieuses avec la cour, surtout avec le cortège impérial, elle lui ouvre grandement la porte du palais. Justinien est ravi par la beauté et l`intelligence de cette jeune femme qui devient vite sa maîtresse. Le futur empéreur va jusqu`à demander à son oncle d`abroger une loi qui interdit le mariage d`un sénateur avec une concubine. Enfin, elle se marie avec Justinien en 523 à l`âge de 23 ans. Elle revêt définitivement la pourpre. Sa forte personnalité, son intelligence, son charme et sa beauté sont ses atouts efficaces pour intervenir dans toutes les affaires de l`état, ce que Justinien approuve avec enthousiasme. Pour éclairer ce point, il suffit de relater le fait suivant: pendant la sédition Nika en 532 induite par les Verts et les Bleus, toute la cour impériale est menacée par cette révolte. Alors que l`empéreur s`affaire à quitter sa résidence, Théodora s`adresse à son mari en ces termes suivants : seigneur, vous pouvez sauver votre vie mais imaginer la honte et la misère de votre fuite! Moi, je reste.La pourpre est la couleur de mon linceul! Justinien reprend ses forces et réduit la sèdition en miettes. Théodora est désormais, couronnée de gloire.

 

Un autre exemple est étonnant à cette époque : elle interdit le proxénitisme et assure la protection des prostituées et des courtisanes. Elle a ses propres empreintes sur le code justinien : reconnaissance des droits civiques des artistes et comédiennes contre “ la traite des blanches”et possibilité pour les épouses de demander le divorce. Les filles font valoir leur droit à l`héritage et à leur dot une fois veuves. Théodora prend toutes les mesures possibles pour le salut des femmes de passe. Elle ne tarde pas à verser de l`argent pour les plus démunies. Elle les appelle au répentir; elles seraient “purifiées”en choisissant les couvents comme habitat naturel. Aucune femme de l`histoire antique n`égale l`impératrice dans ses getes salvateurs envers les femmes misérables. Ses convictions sublimes sont presque sacrées; elle acquiert ainsi le titre de la sainte Théodora. Elle meurt le 28 juin 548, 17 ans avant Justinien. L`empéreur s`enveloppe dans un deuil éternel et ne se remet jamais de son chagrin.

 

En évoquant Théodora, la mythologie du passé est présente pour un acte d`extrapolation. Elle nous rappelle Aphrodite, déesse de la beauté et de l`amour. Malgré sa cruauté, quelques fois incomprise, elle sait garder possession de son propre corps. La sexualité n`est pas un champs pour les mauvais esprits, ni aux moeurs tordues, ni à une socièté intègre. Elle est l`âme des temples et effigies. Elle est là pour symboliser le sacrifice des filles aux pieds des dieux; elle n`est plus un tabou mais quelques chose de très spirituelle : c`est la liberté du corps de toute contrainte à son épanouissement dans le jardin des cieux.

 

La civilisation babylonienne avait connu la pratique du “sexe sacré”. Elle est probablement la mère de toutes les cultures antérieures. La Grèce antique a su valoriser le désir du corps en la personne de quelques dieux et déesses, tel Pâris enlevant Hélène ou Aphrodite punissant cruellement ses concurrentes. Le paganisme héllénique tolère toutes les erreurs humaines. Dieu ne punit seul.Il obéit aux vouloirs de tout l`Olympe. Il n`est pas libre à saisir le monopole des profanes; ce n`est que plus tard que l`adoration d`un dieu unique entraîne les humains dans l`enfer de l`au-delà. C`est l`avènement du monothéisme. Thèodora parle à toutes les femmes du monde. Son language universe lest le suivant: la femme seule possède son corps et dieu n`est plus en mesure de punir. Théodora est la femme de tous les temps.